Sauvegarde de 3 toiles de L.S. actuellement au Cercle naval de Toulon

Incertitudes sur la préservation des œuvres marouflées de L.S. au Cercle naval de Toulon

À Toulon, les grandes peintures marouflées en danger de disparition du domaine public

Trois peintures (initialement quatre) de Lucien Simon : La Cascade à Tahiti, Couple de Bretons et La Rencontre sur le Bosphore, toiles marouflées de grand format illustrant des romans de Pierre Loti risquent de disparaître avec la vente ou la réaffectation, et restructuration probable du bâtiment du Cercle naval de Toulon.

L’intérieur de ce bâtiment, appartenant au Ministère de la Défense, est remarquable avec un magnifique escalier de style Art déco autour duquel se découvrent plusieurs peintures marouflées de peintres officiels de la Marine dont celles de Lucien Simon, (avec Charles Fouqueray, Jean-Louis Paguenaud et Raoul du Gardier), peintures créées pour ce lieu. L’ensemble forme un beau témoignage des années 30 qui justifierait une protection patrimoniale d’après les spécialistes, ce qui n’est pas le cas !

Alerté par A. Cariou avec un article de Didier Rykner paru dans la Tribune de l’art intitulé Le Cercle Naval de Toulon : un patrimoine Art déco à protéger d’urgence, l’Association Lucien Simon, s’est mise en rapport avec le Ministère de la Défense, la direction des musées de la Marine, la direction du musée de la Marine de Toulon et les différentes administrations impliquées pour tenter de sensibiliser à la sauvegarde au moins des peintures.

De ces quatre peintures, une était cachée par un miroir et oubliée des propriétaires du Cercle Naval. Elle a été retrouvée par hasard à l’occasion de travaux récents, la quatrième est encore « disparue » ; nous espérons qu’elle est roulée quelque part sous les combles, dans un cagibi, dans une cave ? L’Association établissant l’inventaire des œuvres de Lucien Simon, connaît l’existence de ces peintures en les ayant identifiées, par des écrits, des illustrations en N&B et par nombres d’esquisse et de dessins préparatoires.

Esquisse pour La Rencontre sur le Bosphore de Lucien Simon

Esquisse pour La Rencontre sur le Bosphore, Lucien Simon

Un article sera consacré prochainement à la présentation de cette œuvre de Lucien Simon en lien avec les démarches de tentatives de préservation, l’historique de cette commande, le lien avec les romans de Pierre Loti, les esquisses et dessins préparatoires inédits, les présentations in situ avec l’article de Didier Rykner dans la Tribune de l’Art Le Cercle Naval de Toulon : un patrimoine Art déco à protéger d’urgence. 


Une des œuvres de Toulon « Rencontre sur le Bosphore » de L.S., en couverture du livre « L’écume des mots » aux éditions Terra Mare

pierre-loti-bosphoreUn livre est paru en mars 2016, « L’écume des mots », (Editions Terra Mare, Saint Cloud) avec une belle couverture tirée d’une belle oeuvre peu connue de Lucien Simon « Rencontre sur le Bosphore » (1935). Il s’agit d’une huile ornant les murs du Cercle naval de Toulon, sur le thème d’un roman de Pierre Loti. Ce livre est le tome 2 d’une anthologie de textes de mer « Ivres d’air et de sel, et brulés par l’écume », intitulé « Des délices de la langue française », illustré par des oeuvres de Peintres Officiels de la Marine d’aujourd’hui, avec un avant-propos de l’amiral Rogel, chef d’état-major de la Marine Nationale et une préface de M. Xavier Darcos, de l’Académie française.

 

Soirée dans l’Atelier de Lucien Simon à New York

Heureux dénouement d’une intrigue autour de la disparition d’une œuvre majeure de Lucien Simon : « Soirée dans l’Atelier » peinte en 1904 et supposée disparue dans les attentats du World Trade Center.

Exposition été 2016 : « La fête vue par les peintres en Bretagne » au musée du Faouët

Lucien Simon Parade de cirque 136 x 224 cm Collection de l’association des Abris du marin Exposée à l’Abri du marin du Guilvinec /© Photo L.Guégan

Lucien Simon, Parade de cirque, 136 x 224 cm
Collection de l’association des Abris du marin
Exposée à l’Abri du marin du Guilvinec /© Photo L.Guégan

Le Musée du Faouët, dans le Morbihan, a réussi, à nouveau cette année, à nous proposer une magnifique exposition. Grâce à l’impulsion des commissaires monsieur Jean-Marc Michaud, et madame Anne Le Roux-Le Pimpec, qui ont réuni 150 oeuvres d’une soixantaine d’artistes, la Bretagne du XIXe et du XXe siècle resurgit sous la palette des peintres qui furent les témoins des grands rassemblements festifs, religieux et profanes. Les pardons, mais aussi les danses, les luttes, les repas collectifs, les parades de cirques et les étals forains inspirent les peintres.

exposition-webLucien Simon notamment, qui est séduit par la beauté des costumes de fête, les scènes de danseurs, de lutteurs, de bateleurs de foire, est bien représenté par une demi-douzaine d’oeuvres, telles Les Lutteurs à Saint Guénolé-Penmarch (1899) , Le 14 juillet à Pont-l’Abbé (1911), Parade au Pardon de Notre-Dame de la Joie (1917), Parade de Cirque (1941), Bal à Sainte-Marine (1941)…dont certaines furent prêtées par des membres de notre association.

Ces oeuvres, et d’autres de Cottet, Maurice Denis, Mathurin Maheut, de Belay, Barnoin, Deyrolle, Max Jacob, Léon Zeitline, Delpy etc…furent bien mises en valeur dans ce cadre exceptionnel de l’ancien couvent des Ursulines du XVIIe siècle, restauré par la municipalité du Faouët.

La peinture de Lucien Simon Parade de cirque est mise à l’honneur dans cette exposition : sujet de reproduction en affiche, sur le carton d’invitation, sur le programme de la saison 2016 du Musée du Faouët, et agrandis en détails reproduits sur des bandes suspendues dans l’espace qui animent et séquencent les différents thèmes des salles d’exposition.

affiche-exposition-wb

Au-delà de constituer un catalogue, un très beau livre, réalisé par M. Michaud intitulé La FËTE vue par les peintres en Bretagne illustre ce thème sur deux siècles de fête en Bretagne cette exposition (éditions Liv’Editions 56320 Le Faouët).


Exposition du 2 avril au 9 octobre 2016

En savoir plus

Exposition été 2016 : « Le bel été des peintres en Bretagne » à Perros Guirec

Illustration du Bain des bretonnes

« Bain de Bretagne  » ou  » Baigneuses à Saint Guénolé » vers 1909, grande aquarelle – Collection particulière

La ville de Perros-Guirec a voulu porter un regard différent, axé sur l’été et les estivants sur la plage, la baigneuse, les régates de voiliers, les rochers, les jeux des enfants, la fête des Filets bleus, la « joie marine » comme le dit bien le titre d’une huile d’André Marchand, sous le soleil mais aussi Dans le Vent et Contre le Vent, joli titre d’oeuvres de Lemordant. Le superbe catalogue signé par Denise Delouche fait honneur aux artistes représentés, parmi lesquels Lansyer, Gromaire, Auburtin, Rohner, Otero, Picasso, Denis, Buffet, Zingg, Jonas etc…

Lucien Simon est mis à l’honneur avec une magnifique et particulièrement grande aquarelle « Bain en Bretagne » (140×104 – 1909), et une huile « Barque devant le château rose » évocatrice du retour de la pêche dans le soir calme. Là aussi, des oeuvres furent prêtées par des membres de notre association.

Barque devant le château rose, Lucien Simon, collection particulière

Barque devant le château rose, Lucien Simon, collection particulière


Du 25 juin au 4 septembre 2016 au Centre culturel de Perros Guirec

Exposition sur Jacques Emile Blanche, portraitiste de la Belle Epoque à Deauville

expo-2016-j-e-blanche-cartoucheUne belle exposition sur Jacques Emile Blanche (1861-1942), ami de Lucien Simon a été présentée à Deauville à la galerie Point de Vue cet été. Y figurait le portrait de Jacques Emile Blanche par Lucien Simon, prêté par le Musée des Beaux Arts de Rouen.

Publication évoquant L.Simon : « L’Appel du large » par Martin Boyer, arrière petit-fils du peintre

couverture-l-appel-du-large

« L’Appel du large » par Martin Boyer, arrière petit-fils de Lucien Simon

Un livre est paru cet été, « L’Appel du large » par Martin Boyer, arrière petit-fils de Lucien Simon et président de l’association Lucien Simon, avec une couverture tirée d’une oeuvre de Lucien Simon « Paysage marin de la pointe de Sainte Marine » en un détail évoquant le départ vers le large d’une flottille de bateaux de pêche. Ce recueil rassemble des récits d’aventures maritimes et de grandes traversées océaniques vécues par des membres de la famille de l’auteur, dont Lucien Simon au cours de plusieurs siècles.

Un chapitre est consacré à Lucien Simon :

interieur-appel-du-large

Extrait :

1922 – Lucien Simon

Je ne savais pas non plus qu’en 1922, Lucien Simon, mon arrière-grand-père paternel, traversa l’Atlantique, à bord du France, invité à participer au prestigieux jury du Salon international du Carnegie Art Institute, à Pittsburgh en Pennsylvanie. (Lancé en 1912, le France est le plus grand et le plus luxueux des paquebots français, et le seul doté de quatre cheminées.)

Déjà en 1905, le Carnegie Art Institute, de Pittsburgh, en Pennsylvanie occidentale, avait exposé certaines de ses toiles, dont l’admirable « Soirée dans l’atelier » qui fut immédiatement acquise par le musée. En 1912, Lucien Simon avait été choisi pour faire partie du jury prestigieux du Carnegie…

En 1913, le Carnegie Art Institute décida d’organiser une exposition personnelle entièrement consacrée au peintre Lucien Simon, alors au faîte de sa renommée internationale, et très apprécié des amateurs d’outre-Atlantique. Les 24 toiles du maître traversèrent l’Atlantique en bateau. L’exposition eut un grand succès, et toutes les toiles présentées furent acquises par des collectionneurs publics et privés. Par le jeu des legs, donations ou ventes, la plupart de ces œuvres se retrouvent aujourd’hui dans les plus grands musées américains, et contribuent ainsi au rayonnement de l’artiste, et de la France.

On peut les admirer notamment dans les musées de Chicago, Philadelphie, Pittsburgh, Detroit, Brooklyn, Boston, et dans des collections privées comme celles d’Iris & Gerald Cantor, en Californie du Sud et à New York, et de Piper McDonald Evans à San Francisco.

Une toile importante a disparu, intitulée Les Amis, qui brûla en 1904, dans un accident de chemin de fer, entre Pittsburgh et Chicago. Une œuvre majeure, « Soirée à l’Atelier », aurait échappé de justesse à l’anéantissement des tours jumelles du World Trade Center à New York, le 11 septembre 2001. Ma longue enquête pour la localiser vient d’aboutir et confirme heureusement sa présence en 2014 dans une collection privée à New York.

Stèle de l’Eglise paroissiale de Combrit-Sainte Marine

Lucien Simon a réalisé une œuvre pour l’église de Combrit en contribuant au monument aux morts de la paroisse après la Grande Guerre de 1914-1918.